Zoeken in deze blog

vrijdag 1 augustus 2014

The assassination of JEAN JAURES, 31 July 1914


« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ! »  

Jean Jaurès
6 jours avant son assassinat
il y a cent ans,
le 31 juillet 1914.



ARTICLE DU JOURNAL DU POI FRANCE:
Le 31 juillet 1914, le député de la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO), Jean Jaurès, est assassiné.
Il a organisé de grandes manifestations contre le danger de guerre. Le 25, il vient de tenir un meeting à Vaise (quartier ouvrier de Lyon), où il a dénoncé la responsabilité de la France et de la Russie dans la marche à l’abime, puis il a participé le 29 juillet au Bureau socialiste international à Bruxelles, et dénoncé une fois encore le capitalisme et ses menées impérialistes.
De retour à Paris, le 30 juillet, il conduit une délégation au chef du gouvernement pour demander l’arrêt des dispositions de mobilisation et le recours à une médiation pour désamorcer le conflit engagée le 28 entre la Serbie et l’Autriche.
Une furieuse campagne de presse a été lancé contre lui, notamment depuis 1913 car il s’oppose à la loi qui porte le service militaire à 3 ans au lieu de 2: il est accusé d’être un traître, un lâche, un agent du Kaiser (l’empereur d’Allemagne). Charles Péguy souvent présenté comme un catholique humaniste a appelé à le tuer.
Jaurès assassiné la voie est dégagée pour la guerre à outrance: le ministre de l’intérieur a rassemblé dans le carnet B les noms de tous les socialistes et syndicalistes à arrêter en cas d’opposition.
Les diplomates de chaque camp ont minutieusement organisé la propagande pour présenter leur pays comme victime, obligé de se défendre contre l’agression de leur voisin.
Jaurès n’a jamais séparé le combat contre la guerre et le combat contre le capitalisme, ce qui était alors la position de l’Internationale ouvrière. « Le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l’orage » dit-il, car la concurrence, guerre commerciale, la lutte pour la conquête des marchés, le contrôle des matières premières, deviennent avec l’impérialisme, de plus en plus une lutte sans merci.
Son assassin sera acquitté car jugé comme bon patriote.Jaurès petit Parisien

Geen opmerkingen:

Een reactie plaatsen